• Accueil  > 
  • Nouvelles  > 
  • Fermeture de Desjardins Entreprises Centre-du-Québec à Nicolet, questionnable?

Nouvelles

14
JUIN 2017

Fermeture de Desjardins Entreprises Centre-du-Québec à Nicolet, questionnable?

C’est cet avant-midi que la mairesse de la Ville de Nicolet, Mme Geneviève Dubois, accompagnée du conseiller municipal, M. Jean Rousseau et de M. Pierre Genest, directeur général, ont eu la seule et unique rencontre avec les dirigeants de Desjardins Entreprises du Centre-du-Québec, dont l’objectif visait à les convaincre de maintenir leur point de service à Nicolet, malgré les rumeurs persistantes diffusées par les médias d’un déménagement imminent à Bécancour pour des raisons de plus grande visibilité et de rapprochement de sa clientèle. Les échanges ont donné lieu, pour les élus et le gestionnaire municipal, de dégager les points essentiels de conserver le centre à Nicolet.

 

« Avec la tombée du communiqué de DESJARDINS, quelques minutes après la fin de notre rencontre, de toute évidence, la décision était déjà prise. Nous déplorons la stratégie adoptée par Desjardins et le manque de respect envers l’organisation municipale et la communauté d’affaires nicolétaine. Ces dirigeants nous parlent qu’ils veulent se rapprocher de leurs membres mais nous questionnons ce point de vue puisqu’une grande partie de leur clientèle est composée d’agriculteurs et qu’une forte proportion du portefeuille financier est davantage concentrée à l’ouest de Nicolet plutôt qu’à l’est. À preuve, c’est à Nicolet qu’ont pignon sur rue l’UPA, la Financière agricole, le MAPAQ et l’École d’agriculture de Nicolet. » déclare Mme Dubois.

La mairesse déplore également la perte de 25 emplois à Nicolet. Ce sont des gens ne consommeront plus chez nous. « Nous comprenons mal la décision de DESJARDINS Entreprises de quitter notre ville, d’autant, que depuis sept ans, DESJARDINS est un important partenaire dans le développement domiciliaire et commercial. Cette décision nous envoie un message contradictoire; car il aurait été de bon gré de discuter et d’exploiter d’autres avenues pour relocaliser le point de service si celui qu’il occupe, encore aujourd’hui, ne répondait plus à leurs besoins. Nous aurions pu leur offrir des facilités pour qu’ils s’installent dans le boulevard Louis-Fréchette, là où circule plus de 15 000 véhicules par jour; une visibilité non négligeable. »

 

« Nos gens d’affaires m’interpellent sur cette annonce et ils ont manifesté leur forte déception de la perte de cet important centre financier chez nous » ajoute la mairesse Dubois.


- 30 -