Vie animée

Tourisme

Réserve naturelle du Boisé-du-Séminaire

Première réserve naturelle privée en milieu urbain au Québec. Évadez-vous et partez à la découverte de plus d'un siècle d'histoire...

 

TROIS BOISÉS, UNE HISTOIRE…

Situé à proximité du boulevard Louis-Fréchette, partant de l’arrière de la cathédrale, ce boisé regroupe deux réserves naturelles en milieu privé.
 

D’une superficie de 10 hectares, ces réserves sont une première au Québec, en plein centre urbain. La réserve naturelle du Boisé-du-Séminaire se compose de deux blocs forestiers disjoints : la partie Séminaire et la partie St-Joseph séparées par le Boisé des Sœurs de l’Assomption.

 

La réserve naturelle du Boisé-du-Séminaire est loué à la Ville de Nicolet depuis 1990 par bail emphythéotique d’une durée de cinquante ans en vue d’y aménager un parc urbain.


LES DÉBUTS
La réserve naturelle du Boisé-du-Séminaire occupe une partie de la terre cédée au curé de Nicolet en 1770 par Louis-Marie Brassard et Marie-Louise Dumas. Ce terrain fût plus tard remis au Séminaire de Nicolet qui en garda une partie boisée à des fins éducatives et récréatives.

 

En 1842
Une société littéraire, l’Académie, est fondée par Antoine Gérin-Lajoie. On aménage alors un espace, dans la réserve naturelle, pour y faire siéger la nouvelle société durant la belle saison. L’enceinte est clôturée; on y construit des bancs, un pupitre et une tribune pour les orateurs. On appele cet endroit : l’Académie.

 

En 1915, la clôture de bois de l’Académie est remplacée par une clôture de fer dont on peut encore voir les vestiges au centre de la réserve naturelle.

 

LA RICHESSE DES ARBRES

On y retrouve plusieurs essences d’arbres, dont le hêtre à grandes feuilles, le bouleau jaune (arbre emblème du Québec), l’érable à sucre, l’érable rouge, le pin blanc ainsi que la pruche de l’est.

 

Un majestueux pin blanc fait partie des 38 arbres notables du Québec inscrits dans le répertoire de « Forêt conservation », édition 1994. Cet arbre, d’une circonférence de 3m 16 et d’une hauteur de plus de 34 mètres, a été choisi en raison de son intérêt historique et de son âge (plus de 200 ans).

 

LES AMÉNAGEMENTS AU FIL DES ANS

 

LES SENTIERS
Les grands travaux débutent en 1873 et se poursuivent pendant une quinzaine d’années. Le maître d’œuvre est l’abbé Irénée Douville, assisté d’une dizaine d’élèves, « Les hommes de bois », qui sacrifient récréations et congés aux travaux.

On trace plusieurs voies à travers la forêt dont la principale permet de faire le tour de tout le boisé. Les chaussées de ces diverses voies, élevées au moins d’un pied, sont formées de branches et de troncs d’arbres, recouvert d’une couche de terre, de sable et de charbon fortement foulées. Elles ne retiennent pas l’eau des pluies et offrent en conséquence une promenade toujours propice, même après les plus fortes averses.

 

LES STATUES
La réserve naturelle du boisé était ornée de plusieurs statues. Quatre socles de ces statues sont toujours présents sur le site.

 

LES LACS
De 1875 à 1881, on transforme deux fossés d’irrigation en étangs. L’étang situé le plus près de la cathédrale se nomme lac du 24-Mai, en souvenir de la réunion des anciens élèves en 1866. Le second fut baptisé lac du Centenaire à l’occasion du centième anniversaire de fondation du Séminaire en 1903.

 

LES PONTS
La construction des ponts de bois se fait de 1875 à 1881. Le pont qui traverse le lac du 24-Mai se nommait pont Saint-Ange en l’honneur de Saint-Raphaël, patron du Séminaire.

 

Le second pont, qui traverse le lac du Centenaire, se nommait le pont des Anciens.

En 1925, les deux ponts furent reconstruits en fer. En 1992, la Ville de Nicolet reconstruit les deux ponts en bois à l’aide d’un projet fédéral d’aménagement et en 2004, une gloriette a été construite sur le pont des Anciens.

UN REPOS BIEN MÉRITÉ…

 

Toutes les personnes, les familles, les groupes scolaires et les visiteurs peuvent profiter gratuitement des aires de repos (abris et tables à pique-niques) et des sentiers aménagés.

 

BIENVENUE À TOUS !